Juin, ou la saison des émissions hors studio

En juin, la plupart des émissions "Des livres pour dire" s'enregistrent hors-studio. Elles relaient notamment les projets et réflexions de jeunes et d'enfants qui vivent le "rush" de la fin d'année, à la suite des enseignant·e·s. Récit d'une émission avec le Collectif des Inouïs, par Sefora, une de nos animatrices...

 Mais avant tout...

Le récapitulatif des émissions de juin:

  • 2 juin - le Collectif des Inouïs (Ecole intégrée) sur le thème des passions (rediffusion le 16 juin)
  • 9 juin - le Collectif La Cie des Scribes pour le recueil Le temps des vertiges (rediffusion)
  • 23 juin - diffusion de deux podcasts sur les collectifs d'écrits menés dans les écoles
  • 30 juin - le Collectif Dans tous les sens et son recueil Plus que l'imagination

Comment ? Sur Radio Air Libre : en streaming ou sur 87.7 FM à Bruxelles.

Quand ? Les jeudis de 17h30 à 19h.

logo radioairlibre
Ces projets ont été réalisés avec le soutien de la Commission communautaire française (La Culture a de la classe) et de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Direction de la Langue française et Cellule Culture-Enseignement). 
La Cie des Scribes est un collectif d'écrits initié par Entr'âges.

Logo de la COCOFFWB 2 

Le récit de Sefora à l'Ecole intégrée

Depuis les débuts de sa transmission, l'émission "Des Livres pour dire" n'a cessé de nous mener vers les plus enrichissantes des pérégrinations.
Au fil des rencontres, avec les Collectifs d'écrits, au-delà des frontières, qu'elles soient ou non le produit de notre imagination.
Et ce, de notre Plat Pays, à la Ville des Lumières en passant par le Brésil.
En cet an de grâce 2022 avait lieu une émission que l'on n'avait jamais entendue auparavant.

Ce n'est pas à l'est du jardin d'Éden, mais à celui de Bruxelles (non point à Ixelles, sa plus belle commune), à Woluwe-Saint-Lambert qu' a été enregistrée l'une des plus insolites émissions radiophoniques.

Depuis 7 années, c'est dans les studios de Radio Air Libre qu'ont lieu les rencontres hertziennes présentant le projet littéraire humaniste créé par Isabelle De Vriendt.
Isabelle qui, comme tout esprit encyclopédique se respectant, gère également la technique, la logistique de l'émission (qui, faut-il le rappeler, a adopté un.nouveau format pour son agenda culturel), avec désormais l'aide de sa collègue Joëlle.

Afin d'éviter de trop attiser les flammes de votre appétence, cette transmission fut extraordinaire par le fait d'avoir pour sujet un collectif de jeunes étudiant·e·s sourd·e·s et malentendant·e·s, à l'Ecole Intégrée.

Cela étant trop aisé de signer, soit s'exprimer en langue des signes,
l'établissement n'étant pas équipé du matériel nécessaire à l'enregistrement. C'est donc avec une station mobile, micro en main, que nous avons donc signé en animant cette édition plus que spéciale.

Studio mobile à l'Ecole Intégrée         Studio mobile à l'Ecole Intégrée

Des livres pour dire.
des mots pour le dire, des mots pour dire ses maux n'est pas que l'apanage des ados.
Jeunes, sourd·e·s, s'il est un stéréotype qui leur est injustement collé à la peau, c'est le rejet de la langue française, de sa littérature, de son écriture.
Jeunes parfois autant stigmatisé·e·s que certain·e·s jeunes issu·e·s d'une lointaine ou moins lointaine immigration. Lointaine dans l'espace, dans le temps.
Il suffit simplement de passer outre ces images faussées.

Car les sourd·e·s avec la langue des signes, langue en perpétuelle évolution, ont bien une culture, un humour, une poésie, liés à leur univers visuel.

Adil, Busra, Gianni, Mathilde, Mélissa, Morgane, René, ce sont bien, rappelons-le, des adolescent·e·s âgé·e·s entre 15 et 18 ans, finissant sous peu pour la plupart leur parcours à l'Ecole Intégrée, à une époque parsemée de contraintes covidiennes qui auront réussi à bien mener leur quête.

Sourd·e·s mais pas muet·te·s!
Et ce, depuis 1880 et sa tristement célèbre Conférence de Milan où les Sourd·e·s furent contraints d'abandonner la Langue des Signes au profit de l'oralisation.
Condamné·e·s à parler, une partie des déficient·e·s auditif·ve·s a continué à signer en cachette, créant ainsi des diversités.
Au XXe siècle, on liait encore les mains des enfants dans certains instituts et cela, afin d'éviter toute expression en langue des signes.

Sourd·e·s mais pas muet·te·s!
Sourd·e·s et à divers degrés, appareillé·e·s, implanté·e·s ou non, c'est avec énormément d'originalité et de plaisir que ces jeunes se sont lancé·e·s dans le processus d'un collectif d'écrits, partageant leurs réflexions et surtout leurs passions, puisqu'il s'agit du thème que les génialissimement baptisés Inouïs ont abordé.

Contre virus et marées, ils auront abouti à leur projet littéraire intitulé Les fruits de la passion.

On n'a jamais entendu cela auparavant!
Une émission radio dont les invité·e·s sont sourd·e·s ?
Certains en feraient un belge calembour.
Et pourtant, elle a bien tourné avec les Inouïs.

Une expérience qui a inspiré à Sefora un poème à la manière de Du Bellay

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Ou comme cestuy-là qui conquit la Toison
Sans l'Argo quitta le plus beau des villages de Bruxelles
Le métropolitain c'est si urbain

Espérant à Ixelles retourner plein d'images et de raison
Son escarcelle pleine d'interrogations
Espérant que les jeunes Gens de l'Ecole intégrée
Ne prennent point cela pour la Question

On n'est pas sérieux quand on a 17 ans
On est juste parfois trop grave
Voguant sur les flots des Grandes Découvertes
Déçu par cette belle orange bleue si pourrie
Et pourtant elle tourne !

Il suffirait de ne jamais se laisser broyer par l'ignorant géant, l'Abject
Quelle que soit votre culture ou votre nature
Ne le laissez point vous broyer ni vous enfermer dans le pire de ses Carcans
Le stéréotype

La pire anamorphose d'une difforme pseudo pensée
Nous l'avons bien vécue pour avoir un Père aux aïeux d'une autre terre
Certains n'ont ni les lettres ni l'esprit
d'entendre que si l'on diffère d'eux loin de les léser on les enrichit

On n'avait jamais entendu cela autrefois
Laissez la liberté à vos mains de narrer
Continuez de rayonner
A l'Air Libre vos bonnes ondes diffusez

Mais qu'aurait dit Marconi?
Il est des êtres Inouïs.

Sefora Ben Moussa