Les médias face à la crise

Illustration "La réponse des médias face à la crise"

Le webzine Régulation.be a demandé à différents médias belges francophones comment ils ont géré le confinement et les conséquences sur leur média. Isabelle De Vriendt s'en est ouverte à propos de notre émission Des livres pour dire, sur Radio Air Libre.

Face à la crise sanitaire et ses répercussions, chaque secteur s'est vu obligé de réorganiser ses activités. Les médias audiovisuels n'ont bien sûr pas échappé à la règle, comme on a pu le voir et l'entendre sur les plateaux de télé ou les studios de radio au nombre limité d'intervenant·e·s et de présentateur·trice·s.

Régulation leur a donc donné la parole, sur base de cinq questions : le rôle joué par leur média/société dans cette période de crise ? Les principaux impacts du confinement sur l'organisation interne, technique et sur la programmation ? Les conséquences économiques ? Les initiatives exceptionnelles ? Et enfin la manière dont est envisagée la sortie de crise ?

NOTRE ÉMISSION ASSURE, MÊME EN TEMPS DE CONFINEMENT, UNE ACCESSIBILITÉ À L'EXPRESSION CULTURELLE.

Isabelle De Vriendt, coordinatrice de ScriptaLinea, a répondu au nom de la radio citoyenne Radio Air Libre, sur laquelle nous diffusons l'émission Des livres pour dire. Ses réponses sont à retrouver ici.

De nombreuses autres radios et chaînes de télévision belges francophones – indépendantes, privées et publiques – ont également réagi à l'enquête, peignant un portrait assez complet du paysage. Vous y trouverez par exemple Radio Panik, où plusieurs collectifs d'écrits ont déjà été invités. De quoi mieux comprendre la situation pour les actrices et acteurs du secteur.